Histoire

L’idée d’Oikocredit a vu le jour en 1968 lors d’une réunion du Conseil Œcuménique des Églises durant laquelle de jeunes membres engagés et issus de divers horizons ont appelé à la création d’un canal d’investissement éthique capable de favoriser la paix et la solidarité à l’échelle planétaire.

L’idée d’Oikocredit a vu le jour en 1968 lors d’une réunion du Conseil Œcuménique des Églises durant laquelle de jeunes membres engagés et issus de divers horizons ont appelé à la création d’un canal d’investissement éthique capable de favoriser la paix et la solidarité à l’échelle planétaire.

À cette époque, le concept d'Oikocredit était à la fois innovant et controversé. Dans un contexte mondial d'agitation liée aux problèmes de l'Apartheid en Afrique du Sud et de guerre au Vietnam, des membres des Églises ont voulu s’assurer que leurs investissements faisaient la promotion de la paix et d’un développement positif.

À cette fin, la Société Coopérative de Développement Œcuménique Oikocredit (Oikocredit Ecumenical Development Cooperative Society : EDCS) fut créée en 1975. EDCS permettait aux Églises et à leurs organisations partenaires de disposer de leur propre canal d'investissement alternatif.

Depuis sa création, le but d’Oikocredit est de promouvoir la justice sociale en apportant des crédits à des entreprises productives gérées par des personnes défavorisées.

Nos investisseurs et partenaires représentent notre plus grande force 

De nombreux membres des Églises dans toute l'Europe ont cru au concept d'investissement social et ont lancé des associations de soutien. L'idée de prêts aux organisations qui aidaient des personnes défavorisées a progressivement reçu le soutien d’investisseurs institutionnels et individuels. Et en 1978, EDCS investissait dans ses deux premiers projets : l'un en Inde, l’autre en Équateur. Oikocredit intervient encore aujourd'hui dans ces deux pays, et les associations de soutien continuent de jouer un rôle clé dans la coopérative.

Au fil du temps, nos partenaires ont prouvé qu’Oikocredit était viable. Notre capacité à soutenir leur remarquable impact social demeure notre plus grande force.